Voyage Sète – Jour deux

Voyage Sète – Jour deux

12 septembre 2019 0 Par Amaury

Lorsque l’on dort à l’extérieur, notre horloge biologique se règle à nouveau et on vit en fonction de la lumière présente. Fin août, le levé de soleil permet de s’éveiller avant six heures du matin. Une légère fatigue, les paupières qui se réveillent doucement, et le cerveau qui a encore du mal à comprendre ce qui se passe.

La nuit aura évacué le stress, la crainte de la veille. Ce n’est plus qu’une simple et légère matinée que je ressens à cet instant. L’éveil est de bonheur, le temps ne m’est plus compté, je peux profiter des moments présents.

Je rejoindrai le centre de la ville, bien plus tranquille à cette heure, en traversant un parc où j’aurai profité d’eau potable en accès libre pour nettoyer mes habits.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne tarde pas à récupérer le début d’autoroute A9 pour progresser immédiatement dans le Sud, je souhaitais m’hasarder dans un des éventuels lac du secteur et y passer quelques heures. À l’entrée du péage, un jeune homme me récupéra pour me déposer au niveau de Avignon. Ça m’aura permis de réaliser la moitié du second parcours grâce à son aide!

Péage de Bollène

Baptiste ; Bollène -> Avignon – Il partait à son travail, il fait parti d’une équipe qui organisait un week-end de rassemblement d’anciennes voitures de collection sur les hauteurs de Avignon. 

J’arrive ainsi au niveau du péage de Avignon. Un endroit où défilent les voitures en direction de Salon-de-Provence et de Marseille, sur la A7 (l’autoroute du Sud!). Je pensais ne pas rester longtemps ici, pourtant ce fut ma plus longue attente de tout le voyage. Après avoir refusé une voiture qui remontait dans le Nord, et un trajet jusqu’à Marseille (en y repensant, j’aurais pu accepter!), une personne me proposa de m’avancer davantage dans le Sud après une heure d’attente.

Pour l’histoire, je devais rejoindre un ami dans une petite ville dont j’avais égaré le nom. Lorsque je lui avais demandé l’adresse par téléphone, le conducteur m’expliqua dans le même temps sa destination ; Vitrolles.. mais oui! c’est là que je devais me rendre !

Péage Nord de Avignon

Jacques ; Avignon -> Vitrolles – Jacques est lui aussi un ancien auto-stoppeur, qui m’aura expliqué également que ça fonctionne très peu à l’heure actuelle. Dans le temps, il partait avec ses amis en autostop, et très peu de monde avait peur de les emmener. La société les a rendu « fadas » qu’il m’expliquera, tout le monde à peur des autres, il est difficile de compter sur les gens aujourd’hui. Après avoir vécu sa jeunesse dans le Sud, il passera 15ans en Nouvelle-Guinée, le retour lui fera un choc, particulièrement au niveau de la méfiance des personnes autour de lui..

Sur l’autoroute du soleil !

Il ne sera même pas midi que j’aurai déjà accompli mon premier objectif ; Vitrolles.

Le copain du Sud, Alex, me récupéra pour rejoindre la maison. On aura profité de l’après-midi pour faire un tour sur le côte bleue. Il m’aura permis de retrouver mes repères de l’année passée, en y posant même les pieds à l’eau, dans la mer Méditerranée, ça faisait un an que je n’y étais plus!

La côte bleue

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne m’attarderai pas sur la soirée où j’ai pu apprécier les sardines fraiches et panis (spécialité du Sud à skip) et rencontrer une de leur amie qui chantait incroyablement bien (mode Amy Winehouse) !

Je dormais pour la seule fois de mon voyage dans une chambre et à l’abri. C’était cependant le seul matin que j’avais un réveil pour me lever! J’allais accompagner Alex sur la route de son travail.

En attendant, la fatigue de la veille me mettra rapidement en état de sommeil profond..

 

Voyage Sète – Jour deux